Wiki Evangelion
Advertisement
Wiki Evangelion
Cette page est en rapport avec Neon Genesis Evangelion.Cette page traite d'un sujet existant.
Neon Genesis Evangelion (anime)
LOGO Neon Genesis Evangelion.png
Logo originale
Kanji 新世紀エヴァンゲリオン
(Shin Seiki Evangerion?)
Genre mecha, drame, action
Création Hideaki Anno
Acteurs Megumi Ogata
Kotono Mitsuishi
Megumi Hayashibara
Yuko Miyamura
Musique Shirō Sagisu
Pays d'origine Japon
Chaîne d'origine TV Tokyo
Nihon Ad Systems
Nb. de saisons 01
Durée 23 minutes
Diff. originale 04 octobre 1995 - 27 mars 1996
Autre
Premier épisode
Épisode 01
Dernier apparition
Épisode 26

Neon Genesis Evangelion ou Evangelion (新世紀エヴァンゲリオン Shin Seiki Evangerion?) est une série télévisée d'animation japonaise en 26 épisodes de 23 minutes, créée par Hideaki Anno et diffusée entre le 04 octobre 1995 et le 27 mars 1996 sur le réseau TV Tokyo. Il s'agit du principal média audiovisuel de la franchise Evangelion avec la série de films Rebuild of Evangelion.

Synopsis

En l'an 2000, une gigantesque explosion se produit en Antarctique, provoquant un cataclysme (raz de marée, fonte des calottes polaires) qui dévaste une grande partie de la planète. Les autorités déclarent que cette catastrophe est due à la chute d'un astéroïde.

Quinze ans plus tard, l'Humanité a surmonté cet événement, appelé le Second Impact. Cependant, de mystérieuses créatures, les Anges, font leur apparition et tentent de détruire Tokyo-3, la nouvelle capitale-forteresse du Japon construite après le Second Impact. Pour les combattre, l'organisation secrète NERV a mis au point une arme ultime, l'« Evangelion » ou « EVA », géant anthropoïde piloté comme une simple mécanique, mais en réalité créature bien mystérieuse.

Shinji Ikari, quatorze ans, se rend à Tokyo-3 sur invitation de son père, qu'il n'a pas revu depuis dix ans. Il est loin de se douter qu'il sera impliqué dans un conflit qui pourrait bien signifier la fin de l'humanité quoi qu'il arrive…

Fiche technique

  • Titre original : Shin Seiki Evangelion (新世紀エヴァンゲリオン?)
  • Titre international : Neon Genesis Evangelion
  • Réalisation : Hideaki Anno
  • Scénario : Hideaki Anno
  • Character design : Yoshiyuki Sadamoto
  • Mecha design : Hideaki Anno, Ikuto Yamashita
  • Musique : Shirō Sagisu
  • Production : Gainax
  • Sociétés de production : Kadokawa Shoten, Nihon Ad System, TV Tokyo
  • Société de distribution : Dybex (France)
  • Pays d'origine : Japon
  • Langue originale : japonais
  • Format : couleur (Technicolor) — 70 mm — 1,33:1 (4:3) — son Dolby numérique
  • Nombre de saison : 1
  • Nombre d'épisodes : 26
  • Durée : 23 minutes
  • Dates de première diffusion :
    • Japon : 04 octobre 1995
    • France : 02 décembre 1998 (à la télévision)

Distribution

Article principal: Distributions des rôles à l'international

Version originale

Version française

Premier doublage

  • Donald Reignoux : Shinji Ikari
  • Stéphanie Lafforgue : Rei Ayanami/Yui Ikari
  • Marjolaine Poulain : Asuka Langley Sohryu
  • Laurence Bréheret : Misato Katsuragi
  • Michel Roy : Gendo Ikari
  • Marie-Annick Mahé : Ritsuko Akagi
  • Patrick Laplace : Ryoji Kaji
  • Olivier Korol : Tōji Suzuhara
  • Olivier Jankovic : Kaworu Nagisa
  • Gérard Boucaron : Keel Lorenz
  • Mathieu Rivolier : Kōzō Fuyutsuki
  • Cyril Aubin : Makoto Hyuga
  • Ariane Devièque : Maya Ibuki
  • Tony Joudrier : Shigeru Aoba
  • Marie-Annick Mahé : Naoko Akagi
  • Romain Douilly : Kensuke Aida
  • Brigitte Aubry : Hikari Horaki
  • Suzanne Sindberg : Hikari Horaki/Kyoko Zeppelin Sohryu
  • Bernard Demory : Membre du Comité (jaune)
  • Bernard Jung : Membre du Comité (bleu)
  • Gérard Rouzier : Membre du Comité (rouge)
  • Mathieu Rivolier : Membre du Comité (rouge)
  • Olivier Hémon : Membre du Comité (vert)
  • Philippe Roullier : Membre du Comité (jaune)/Membre du Comité (vert)

Deuxième doublage (2019)

  • Donald Reignoux : Shinji Ikari
  • Elisabeth Ventura : Rei Ayanami/Yui Ikari
  • Emilie Rault : Asuka Langley Sohryu
  • Laurence Bréheret : Misato Katsuragi
  • Julien Kramer : Gendo Ikari
  • Marie Chevalot : Ritsuko Akagi
  • Anatole de Bodinat : Ryoji Kaji
  • Adrien Larmande : Tōji Suzuhara
  • Alexis Tomassian : Kaworu Nagisa
  • Hervé Foly : Kōzō Fuyutsuki
  • Taric Mehani : Makoto Hyuga
  • Marie Nonnemacher : Maya Ibuki
  • Françoise Cadol : Naoko Akagi
  • Gabriel Bismuth : Kensuke Aida

Liste des épisodes

Article principal: Épisodes de Neon Genesis Evangelion

Univers de la série

Personnages

Evangelions

Anges

Production

Genèse

Article principal: Gainax

En mars 1992, le studio Gainax traverse une période financière difficile malgré le succès critique et commerciale de sa précédente création, Nadia, le secret de l'eau bleue.  Pour espérer sortir de cette crise, le co-président du studio, Hiroyuki Yamaga, propose de lancer la production d'un long-métrage, Aoki Uru, faisant suite au film Les Ailes d'Honnéamise sorti en 1987. Il est décidé que Hideaki Anno sera le réalisateur, Yamaga sera le producteur et le scénariste, Yoshiyuki Sadamoto sera le character designer, et que Masamune Shirow et Kazutaka Miyatake, du Studio Nue, seront les mecha designer. Cependant, le studio n'est pas capable de gérer un tel projet financièrement. Pour autant, la production commence sous l'impulsion de Takami Akai. Yasuhiro Takeda parvient à obtenir 8 millions de yens en empruntant chez plusieurs usuriers pour pouvoir continuer à payer les employés du studio alors qu'aucune somme ne rentre dans les caisses. Malgré les efforts des équipes du studio, il est rapidement devenu évidemment qu'il sera impossible d'obtenir le budget nécessaire pour la production du film. Anno a également perdu sa motivation. Le projet Aoki Uru est brusquement mis à l'arrêt en juillet 1993[1].

La mise en pause du projet Aoki Uru est un coup dur pour Hideaki Anno qui sombre dans une dépression. Un jour, Anno est invité par son ami d'enfance Toshimichi Otsuki, alors directeur musical de King Records. Après des discussions sur l'état actuel du marché de l'animation japonais, ils souhaitent tous les deux mettre en place quelque chose pour redynamiser le monde de l'animation. Otsuki s'assurerait de trouver les producteurs pour ce projet, tandis que Anno et Gainax seraient à la réalisation. Anno accepte sans attendre et annonce la nouvelle au studio qui commence à travailler sur ce nouveau projet en juillet 1993. Anno part avec une équipe à Matsumoto, dans la préfecture de Nagano, pour réfléchir au développement de la future série animée. Le réalisateur retrouve une motivation qu'il n'avait pas eu depuis la production de Nadia, le secret de l'eau bleue. Il reprend certains éléments du projet Aoki Uru pour les réintégrer dans sa nouvelle création : Neon Genesis Evangelion. [1].

Pré-production

Une première version du script est proposée par Hideaki Anno, le 20 septembre 1993. Dès le début, Anno intègre une imagerie judéo-chrétienne pour la démarquer des autres productions et lui donner une ambiance atypique et exotique pour un public japonais. Plusieurs éléments de l'intrigue sont déjà mis en page notamment les Evangelions, dessinées par Ikuto Yamashita, la Première Race Ancestrale ou la Lance de Longinus. Anno s'inspire des œuvres de Gō Nagai, Mazinger Z et Devilman, pour imaginer des créatures dérangeantes qui mettraient mal à l'aise les spectateurs. Des scènes violentes sont alors envisagées, mais les producteurs n'acceptent pas ces propositions.

Un deuxième jet, détaillant les 26 épisodes de la série, est proposé le 05 janvier 1994. Les premières décisions définitives sont prise le 04 février et regroupées dans un document nommé Neon Genesis Evangelion Proposal. Il détaille la trame principale de la série racontant l'affrontement entre les Anges et les Evangelions dans un monde post-apocalyptique. Anno oriente le message de la série en direction de la jeunesse dont il estime qu'elle n'arrive pas à se fondre collectivement et a du mal à prendre des décisions seule. En conséquence, le personnage principal, Shinji Ikari, est conçu pour permettre aux spectateurs de s'identifier le plus possible à lui. Les autres personnages sont également ébauchés dans des versions plus ou moins proche de leurs versions définitives.

"Nous souhaiterions que les enfants, en regardant cette série où "la réalité apparaît à travers le rêve", aient envie de "vivre selon leur propre volonté". Nous souhaiterions que ces enfants, lorsqu'ils seront grands, puissent réfléchir par eux-mêmes aux notions de "justice" et "d'amour"[2]

Les choix de Hideaki Anno laisse les producteurs perplexes. Ils ne veulent pas prendre de risque avec ce projet, d'autant plus à cause de la situation économique et la fin de la bulle spéculative japonaise. Toshimichi Otsuki reste cependant séduit par le projet, mais l'apparence des Evangelions, trop atypiques, rendent sa recherche de sponsor difficile[1][3]. Kadokawa Shoten accepte, mais reste très méfiant sur le projet. Sega accepte également de financer la série. La chaine de télévision TV Tokyo les rejoint également et une diffusion est prévu pour le printemps 1995. Vers l'été 1994, Toshimichi Otsuki signe un accord avec Kadokawa Shoten pour la création d'une adaptation en manga de la série par Yoshiyuki Sadamoto.

Inspirations

Voir aussi: Références à d'autres fictions dans la franchise Evangelion

Evangelion embrasse totalement le genre des animes de mecha en étant notamment grandement influencé par la série Space Runaway Ideon (1981) de Yoshiyuki Tomino. Hideaki Anno est également beaucoup influencé par le travail de Gō Nagai, notamment Devilman (1972) qui inspire à la fois l'apparence des Evangelions, le ton fortement religieux  et la vision cosmique de l'humanité[3]Violence Jack (1972) de Nagai est aussi une influence de la série. [4].

Parmi les autres influences importantes pour Anno, on peut citer la série animée Space Battleship Yamato (1974) et la franchise Ultraman dont Anno est un fan invétéré. Le manga et le film Nausicaa de la Vallée du Vent, de son ami et mentor Hayao Miyasaki, a affecté ses décisions autour des origines des Evangelions et le passé du personnage d'Asuka Langley Sohryu.

Enfin, la série Sailor Moon (1992) l'a guidé dans les choix de prendre. Kotono Mitsuishi (Usagi Tsukino aka Sailor Moon) et  Megumi Ogata (Mamoru Chiba enfant  aka le futur Tuxedo Mask) incarnent respectivement Misato Katsuragi et Shinji Ikari.  On peut également noter la présence d'Akira Ishida, l'acteur incarnant Fisheye dans Pretty Soldier Sailor Moon Super S (1995), dans le rôle de Kaworu Nagisa.  "Rei" est aussi un prénom qui a été choisi en hommage au personnage de Rei Hino (Sailor Mars).

Développement

La production de la série débute véritablement à l'automne 1994. Hideaki Anno est angoissé par la mise en place des deux premiers épisodes. Il imagine un début "classique" pour une série tout public de ce genre, mais qui va petit à petit dérivé vers quelque chose de plus sombre et sérieux. À ses côtés, il compte sur Shinji Higuchi et Kazuya Tsurumaki qui soumettent beaucoup d'idées qui plaisent au réalisateur[5]. C'est pendant ce travail d'écriture que certains éléments de préproduction vont changer notamment le personnage de Gendo Ikari qui n'est désormais plus un scientifique fou, mais une figure d'autorité paternelle froide. L'épisode doit commencer par un premier affrontement entre une Evangelion pilotée par Rei Ayanami contre Sachiel. Une idée qui est finalement abandonnée à la fin de l'année. Anno fait aussi des références aux séries Mazinger Z et Chōdenji Robo Combattler V lors de la première apparition de l'Evangelion Unité-01 avec un gros plan sur le visage du mecha qui surprend le personnage principal. Au fil des réécritures, le scénario de l'épisode 01 devient beaucoup trop long pour un seul épisode. Anno doit faire plusieurs concessions et décide de déplacer le combat entre Sachiel et l'Unité-01 dans l'épisode suivant.

Le 20 mars 1995, une attaque terroriste au gaz sarin est perpétré dans le métro de Tokyo, faisant treize morts et plus de 6 300 blessés. Les auteurs de cet attentat sont les membres d'une secte, Aum Shinrikyō, croyant en l'arrivée proche de la fin du monde. Devant certaines similiarités entre le scénario de Neon Genesis Evangelion et les motivations de cette secte, Anno doit apporter quelques modifications à son script. Cependant, il ne souhaite pas faire table rase de ses idées, mais plutôt les reformuler pour véhiculer le message qu'il veut faire passer. Le storyboard de l'épisode 02 est ainsi modifié et la scène de combat entre l'Evangelion Unité-01 et Sachiel est déplacé à la fin de l'épisode. Cela permet d'accentuer les difficultés que traversent Shinji Ikari après cet événement. Anno souhaite également commencer à montrer des images plus perturbantes aux spectateurs lors de la scène où l'on découvre la véritable nature de l'Eva. En avril 1995, la production de la série est déjà en retard alors que sa diffusion est prévu pour dans quelques semaines sur TV Tokyo. La date de diffusion est alors repoussé à l'automne. Le mois suivant, les deux premiers épisodes sont achevés et chaque épisode possède au moins un premier script.

Pour se libérer d'une charge de travail, Gainax sollicite l'aide du Studio Tatsunoko. Les nombreuses modifications de scénario et les retards de production sont très stressants pour Anno. Ne parvenant pas à se pencher maintenant sur l'Épisode 03 qui introduit l'ange Shamshel, Anno décide de directement travailler sur les épisodes 04 et 05 qui se concentre autour de Rei Ayanami et du combat contre Ramiel. Pour accélérer le travail, Tatsunoko aide à nouveau Gainax, et toute l'animation de l'épisode 05 est confié au jeune studio Vega Entertainment. L'épisode 03 est à son tour storyboarder et considéré comme un interlude dans l'histoire. Cependant, beaucoup de personnes dans l'équipe d'écriture estime qu'il faudrait un épisode supplémentaire entre le 03 et le 04 pour développer les relations entre les personnages. C'est ainsi que les deux épisodes sur Rei sont décalés et deviennent les épisodes 05 et 06. L'épisode 04 est écrit uniquement par Akio Satsukawa et le seul sans l'implication de Hideaki Anno. Au milieu de l'été 1995, les six premiers épisodes de Neon Genesis Evangelion, considérés comme l'arc d'introduction, sont achevés. Pour promouvoir la série, les deux premiers épisodes sont projetés en film 16 mm, en exclusivité lors de la deuxième édition du "Gainax Festival", les 22 et 23 juillet 1995 [1].

Cependant, la série n'a pas encore de génériques d'ouverture et de fin. Celle-ci est composé par Neko Oikawa en seulement quelques heures au cours de l'été 1995, et interprété par Yōko Takahashi. L'animation du générique est confié à Gainax à la fin de l'été alors que la date de diffusion du premier épisode est prévu pour le 04 octobre. Les sept premiers épisodes sont encore en cours de production par les différentes équipes d'animation, ce qui explique le nombre très limité d'image d'Asuka Langley Sohryu, mais une ébauche de Kaworu Nagisa est tout de même présente. A la fin de l'été 1995, l'équipe se concentre maintenant sur l'écriture des épisodes 08 à 12 et l'introduction du personnage d'Asuka qui apporte un vent de fraicheur à la série. Le 04 octobre, le jour de diffusion du premier épisode, six ou sept épisodes sont déjà prêts pour la diffusion, et le budget commence à manquer alors que l'écriture de l'épisode 09 est en cours. Heureusement, le succès de la série attire Bandai qui signe un partenariat avec Gainax.

Les retours critiques sur la série perturbe la production de la série. Anno a le sentiment que certains messages qu'il veut faire passer sont mal compris. L'épisode 13 est complètement réécrit pour ces raisons-là en faisant revenir la science-fiction dans la série. L'épisode 14 est écrit comme un résumé puisque l'épisode est prévu pour être diffusé à un créneau horaire exceptionnel au cours des vacances et pouvant donc potentiellement attiré un nouveau public. Bien que ce résumé est été prévu depuis longtemps, le ton employé par l'épisode tranche avec l'esprit de la série. Les équipes sont à court de budget et cela se ressent.

Malgré les commentaires de TV Tokyo qui s'inquiète du changement de ton de Neon Genesis Evangelion, l'audience reste forte. L'épisode 15 continue de proposer une ambiance lourde ainsi que l'épisode 16 bien que le début semble être plus proche des épisodes précédents pleins d'action. Le changement de ton n'est pas seulement dû à un manque de budget, mais surtout à une mauvaise planification de la production. De nombreuses animations sont réutilisées de précédents épisodes ou confié à des studios en Corée du Sud. Kazuya Tsurumaki suggère, lors des productions des épisodes 14 et 16, de changer la direction de la série :

"La production était complètement en train de s'effondrer, et certains pensaient des choses comme : "Si on ne peut pas produire quelque chose de bien, pourquoi on continuerait alors ?" Cependant, je n'étais pas de cet avis. Moi, je pensais : "Et pourquoi ne pas leur montrer la manière dont on produit Eva, cet effondrement inclus ?"[6].

L'épisode 16 marque ainsi définitivement le changement de ton de la série. Le retard de la production empêche TV Tokyo de vérifier le contenu des épisodes qu'il diffuse. Ainsi, de nombreuses associations de protection de l'enfance se plaignent au près de la chaîne à cause du bain de sang à la fin de l'épisode 16. Toshimichi Otsuki ne prête également pas attention au contenu de la série qui rapporte beaucoup d'argent. Il est horrifié en découvrant la violence du combat entre l'Evangelion Unité-01 et Bardiel lors de sa diffusion le 31 janvier 1996. Malgré les protestations des sponsors et des associations de protection de l'enfance, la série ne peut pas être arrêtée à cause du succès qu'elle rencontre, et les épisodes suivants sont de toute façon déjà en cours de production au Studio Tatsunoko et en Corée du Sud. L'épisode suivant continue de choquer avec le très violent combat entre l'Eva-01 et Zeruel et surtout la scène de cannibalisme que Otsuki avait pourtant interdit à Anno lors de la préproduction.

Les grandes lignes du scénario de la fin de la série ne sont pas pour autant changer et Anno prévoit un affrontement final épique. Les retards dans la livraison des épisodes sont de plus en plus importants, empêchant davantage TV Tokyo de vérifier le contenu. Otsuki décide lui de ne pas regarder pour ne pas entraver le processus créatif de la série. C'est ainsi que l'épisode 20 inclut un rapport sexuel osé. Les associations de protection de l'enfance se plaignent encore auprès de TV Tokyo.

Les retards atteignent leur paroxysme lors de la production de l'épisode 21. De nombreuses scènes ne peuvent pas être réalisé et d'autres sont réalisés à la hâte dans une qualité graphique discutable. Anno se laisse complètement aller et intègre de nombreux éléments qui avait interdit lors de la préproduction notamment en ce qui concerne la mort d'enfant ou la multiplication des morts notamment de suicides. Anno réalise de nombreux changements de dernières minutes au grand dam des équipes d'animateur et malgré le fait que les scénarios étaient prévus depuis maintenant presque un an. Les problèmes de production continue avec l'épisode 22 dont la preview pour l'épisode suivant montre un simple croquis sans animation ni couleur. L'épisode 23 subit les mêmes difficultés de production. Anno et ses équipes travaillent désormais presque au même rythme que la diffusion de la série et doit donc produire un épisode en environ une semaine.

"Anno et le reste de Gainax produisaient les épisodes de plus en plus près des dates de rendu fixées par leur chaîne de télévision, au point qu'ils les apportaient carrément en vélo, en format Betamax, directement au centre de diffusion quelques minutes avant leur heure d'antenne. C'était toléré parce que Eva jouissait du plus haut taux d'audience jamais enregistré pour une série[7]."

L'épisode 24 est ainsi amené à TV Tokyo quelques minutes avant la diffusion, empêchant toute vérification de la part de la chaîne qui découvre l'épisode en même temps que les téléspectateurs. Là encore, les critiques envers Gainax sont fortes à cause des messages de l'Ange Tabris qui pense au suicide pour atteindre le bonheur, et la vision de sa tête décapitée qui tombe dans le LCL. De plus, l'épisode suivant promet de montrer la fin du monde et la mort de nombreux personnages. La réaction de TV Tokyo est immédiate.

"On a accusé Gainax, et spécifiquement Anno, d'avoir fait exprès de garder l'épispde jusqu'à la dernière minute pour empêcher l'antenne de le voir avant qu'il ne soit diffusé et la chaîne a demandé à voir les storyboards des deux prochains épisodes [...] Vu que les story-boards qu'on leur a montré étaient les deux épisodes qu'on connait désormais en tant que The End of Evangelion, je ne suis pas étonné que les décisionnaires de la chaîne aient dit à Gainax qu'ils étaient complètements fous, et ils ont insisté (avec seulement sept jours restants !) pour qu'ils créent de nouveaux épisodes à la place[7]."

Les épisodes 25 et 26 sont ainsi entièrement revus. Les scènes d'actions sont évinscées pour se concentrer sur la psychologie des personnages dans des scènes très abstraites et interprétatives. Pour autant Anno se félicite dans un premier temps de ces deux épisodes avant de déchanter en voyant les réactions des téléspectateurs.

Bande originale

La composition de la bande originale de la série est confiée à Shirō Sagisu avec qui Hideaki Anno a déjà travaillé sur la série Nadia, le secret de l'eau bleue. Le réalisateur n'a aucune idée du genre de musique qu'il veut. Une première réunion avec Sagisu est organisée en mars 1995. Anno ne donne que des adjectifs pour définir ce qu'il voudrait, donnant des indications assez vagues sur ses intentions. Le premier titre écrit par Sagisu est Rei I. Bien qu'il souhaitât à l'origine utiliser des synthétiseurs, il se rend finalement compte que la série a besoin d'une musique puissante et orchestrale.

Pour le générique d'ouverture Hideaki Anno souhaite utiliser un extrait des Danses polovtsiennes d'Alexandre Borodine, mais King Records s'oppose à ce que l'on utilise de la musique classique. La société de production demande à Yōko Takahashi d'interpréter une chanson pop écrite par Neko Oikawa : Zankoku na Tenshi no Thesis. Pour le générique de fin, Anno souhaite utiliser la chanson des années Fly Me to the Moon. La chanteuse anglaise Claire Littley est choisi par Toshiyuki Ōmori pour interpréter le titre après la rencontre des deux au studio Abbey Road à Londres.

Titre Date de sortie Numéro de catalogue
Zankoku na Tenshi no Thesis / Tsuki no Meikyuu 25 octobre 1995 KIDA-114
Fly Me to the Moon 25 octobre 1995 KIDA-115
Zankoku na Tenshi no Thesis / FLY ME TO THE MOON 25 octobre 1995 KIDA-116
NEON GENESIS EVANGELION 06 décembre 1995 KICA-286
NEON GENESIS EVANGELION II 16 février 1996 KICA-290
NEON GENESIS EVANGELION III 22 mai 1996 KICA-300
NEON GENESIS EVANGELION: S² Works 01 décembre 1998 KICA-421~6

Accueil

Accueil critique

La série est diffusée sur TV Tokyo entre le 04 octobre 1995 et le 27 mars 1996. La série va connaître un véritable succès et atteindre des sommets de popularité au point d'en faire un phénomène de société. Neon Genesis Evangelion marque à la fois le public et le milieu de l'animation qui voit à la série un renouveau inattendu.

Cependant, la série rencontre aussi de nombreuses critiques. Neon Genesis Evangelion est diffusé en heure de grande écoute (18 h 30) sur une chaîne habituellement tout public. Les nombreuses scènes de violence et impliquant des rapports sexuels font l'objet de critique de la part d'une certaine branche des spectateurs et alimente un débat sur la censure. Des séries, comme Cowboy Bebop, feront les frais de ces vifs dialogues lors de sa première diffusion sur TV Tokyo en 1998.

Le style particulier des deux derniers épisodes de la série divise les téléspectateurs et en scandalisent un très grand nombre. L'absence de réelle conclusion narrative, au profit d'une approche purement psychologique, alimentent de nombreuses discussions à travers le Japon.  Certains considèrent cette fin inattendue comme profonde dans son message, tandis que d'autres la conspuent en soulignant son non-sens[8]. Le Mainichi shinbun, l'un des plus importants journaux au Japon, souligne la nature nationale du débat en évoquant une lettre écrite par le critique Eiji Ōtsuka pour le journal conservateur Yomiuri shinbun pour se plaindre de la fin de Neon Genesis Evangelion

La série est extrêmement populaire, même au près d'une audience qui ne s'intéresse pas à ce genre de programme. Le sociologue japonais Shinji Miyadai se penche sur comment la série a réussi à conquérir à la fois les otakus et les personnes plus éloignées de ce genre de média, grâce à ses thématiques[9][10]. On voit notamment des groupes de personne se réunir sur Nifty, un des premiers réseau internet au Japon, pour discuter de la série. De nombreux événements sont organisés par les admirateurs de la série et les produits dérivés se vendent extrémement bien[11]. En 1997, la valeur totale des ventes des produits dépassait les 30 milliards de yen (environ 231 600 000 euros) [12]. En 2007, ce chiffre atteint les 150 milliards de yens (environ 1 158 000 000 d'euros)[13].

La série va très rapidement connaître une renommée internationale dans le milieu de l'animation japonaise.  Elle est parfois nommée  décrite comme le "Second Impact de l'animation" à cause des influences qu'elle a sur ce milieu et les productions qui suivront les années suivantes.

Grâce au succès de la série, Hideaki Anno obtient le feu vert pour réaliser le film The End of Evangelion, véritable conclusion de la série reprenant un scénario plus proche de l'original. Le projet est annoncé le 26 avril 1996, soit 30 jours après la fin de diffusion de la série, dans le magazine Monthly Shonen Ace de juin[14].

En France, la série va d'abord sortir en version originale sous-titrée en VHS en décembre 1996. Elle va connaître un important succès chez les connaisseurs d'animation japonaise. La série va plus tard paraître en version française et être diffusé sur les chaînes du groupe Canal+, lui permettant d'atteindre un plus large public et d'obtenir une importante reconnaissance. Sur le site Allociné, la série obtient une moyenne de 3,2/5 de la part de 1 427 téléspectateurs ; sur le site Sens Critique, les internautes lui donnent une moyenne de 8/10 à partir de 7 923 avis. Enfin, le site IMDb lui accorde une moyenne de 8,6/10 sur la base de 33 821 utilisateurs.

Audiences

Lors de sa première diffusion au Japon sur la chaîne TV Tokyo (et ses chaînes affiliées), la série Neon Genesis Evangelion a en moyenne une part d'audience de 7.10 %. L'épisode qui réuni le moins de téléspectateur est l'épisode 14, avec 0.9 % de part d'audience. À l'inverse, l'épisode 26 est celui ayant été le plus vu avec 10,3 % de part d'audience.

Récompenses

  • Animation Kobe
    • 1996 - Meilleur série télévisée
    • 1996 - Meilleur réalisateur (Hideaki Anno)
    • 1997 - Meilleure bande originale (Shirō Sagisu)
  • Grand prix Nihon SF 1997
  • Japan Media Arts Festival 1997 - Prix de l'excellence (Catégorie animation)
  • 100 selections of Japanese media art - Première place (Catégorie animation)
  • Japan Record Awards 1997 - Planning Award
  • Japan Gold Disc Awards

1997 - Meilleur album d'une série d'animation (Neon Genesis Evangelion Addition)

  • 1997 - Prix spécial (Genesis 0:1~0:10)

Sorties vidéos

Article principal: Liste de sorties vidéo de la franchise Evangelion

La série est éditée en 17 VHS entre le 03 février 1996 et le 23 décembre 1998. Chaque cassette possède deux épisodes. Chaque VHS est nommé de Genesis 0:1 à 0:14, et la dernière de la série, 0:X, contient les versions TV des épisodes 21 à 24. 0:X était seulement disponible grâce à une commande par mail avec les preuves d'achats de toutes les VHS de la série. Toutes les VHS possédaient un prospectus de l'"Eva Fan Club".

Il existe également deux VHS publicitaires nommées Genesis 0.0 – In the Beginning et Genesis 0.0’ – The Light from the Darkness et une VHS nommée Evangelion: Symphony qui est l'adaptation vidéo du CD du même nom.

La sortie Laserdisc est presque identique à celle de la sortie de la série de VHS Genesis. Chaque disque était au format CAV (Constant Angular Velocity) avec un son stéréo digitale et analogique. Les volumes 01, 06 et 10 sont vendus avec une boîte pour contenir les différents volumes. Le format CLV (Constant Linear Velocity) a été utilisé pour Genesis 0:X et les formats épisodiques de The End of Evangelion.

La série est éditée en DVD pour la première fois entre le 19 juillet 1997 et le 22 septembre 1999. Chaque volume contient quatre épisodes, avec un total de 8 volumes. Le Volume 7 contient les épisodes 25 et 26 ainsi que The End of Evangelion en version épisodique. Chaque DVD est au format 4:3 entrelacé, sauf pour les films qui sont en 16:9 progressif.

Par la suite, les DVD sont ressortis en neuf DVD dans trois packs nommés Second Impact Box. Le troisième coffret contient également le jeu vidéo Neon Genesis Evangelion: Girlfriend of Steel.

Un nouveau coffret DVD est édité lors de la campagne Renewal of Evangelion. Il contient une version complètement restaurée de l'audio et de la vidéo depuis les pellicules originales de 16 mm. La série se compose de dix DVD, chacun contenant quatre épisodes. Le volume 8 contient seulement les épisodes 25 et 26, mais remplis l'espace restant avec 22 musiques de la série disponible en audio 5.1.

Titre Date de sortie Numéro de catalogue Contenu
VHS/Laserdisc
Genesis 0:0 In the beginning 21 décembre 1995 (VHS) KIVA-248 Contenu promotionnel
Genesis 0:1 03 février 1996 (VHS) KIVA-249

(LD) KILA-149

Épisodes 01 à 02
Genesis 0:2 06 mars 1996 (VHS) KIVA-250

(LD) KILA-150

Épisodes 03 à 04
Genesis 0:3 05 avril 1996 (VHS) KIVA-251

(LD) KILA-151

Épisodes 05 à 06
Genesis 0:4 02 mai 1996 (VHS) KIVA-252

(LD) KILA-152

Épisodes 07 à 08
Genesis 0:5 05 juin 1996 (VHS) KIVA-253

(LD) KILA-15

Épisode 09 à 10
Genesis 0:6 05 juillet 1996 (VHS) KIVA-254

(LD) KILA-154

Épisode 11 à 12
Genesis 0:7 07 août 1996 (VHS) KIVA-255

(LD) KILA-155

Épisodes 13 à 14
Genesis 0:8 05 septembre 1996 (VHS) KIVA-256

(LD) KILA-156

Épisodes 15 à 16
Genesis 0:9 02 octobre 1996 (VHS) KIVA-257

(LD) KILA-157

Épisodes 17 à 18
Genesis 0:10 05 décembre 1996 (VHS) KIVA-258

(LD) KILA-158

Épisodes 19 à 20
Genesis 0:11 04 février 1998 (VHS) KIVA-259

(LD) KILA-159

Épisodes 21 à 22 DC
Genesis 0:12 03 juillet 1998 (VHS) KIVA-260

(LD) KILA-160

Épisodes 23 à 24 DC
Genesis 0:13 12 août 1998 (VHS) KIVA-261

(LD) KILA-161

Épisode 25

Épisode 25' (The End of Evangelion)

Genesis 0:14 09 septembre 1998 (VHS) KIVA-311

(LD) KILA-311

Épisode 26

Épisode 26' (The End of Evangelion)

Genesis 0:X - (VHS/LD) 3SLG2 Épisodes 21 à 24
DVD
Volume 01 19 juillet 1997 KIBA 1・GDVD-001 Épisodes 01 à 04
Volume 02 21 août 1997 KIBA 2・GDVD-002 Épisodes 05 à 08
Volume 03 26 septembre 1997 KIBA 3・GDVD-003 Épisodes 09 à 12
Volume 04 22 octobre 1997 KIBA 4・GDVD-004 Épisodes 13 à 16
Volume 05 22 décembre 1997 KIBA 5・GDVD-005 Épisodes 17 à 20
Volume 06 22 novembre 1998 KIBA 6・GDVD-006 Épisodes 21 à 24 DC
Volume 07 22 janvier 1999 KIBA 7・GDVD-007 Épisodes 25 à 26

Épisodes 25' à 26'

Second Impact Box Volume 01 15 novembre 2000 GDVD-001、002、003 Contient trois DVD

Épisodes 01 à 12

Second Impact Box Volume 02 21 février 2001 GDVD-004、005、006-2 Contient trois DVD

Épisodes 13 à 24 DC

Second Impact Box Volume 03 22 juin 2001 GDVD-007-2、008、009 Contient trois DVD

Épisodes 25 à 26
Evangelion: Death and Rebirth
The End of Evangelion

Renewal of Evangelion
01 Test-Type 26 mars 2003 KIBA-1000 Épisode 01
DVD-BOX 25 juin 2003 KIBA 91001~91010

SDG 10008

Contient neuf DVD

Épisodes 01 à 26
Épisodes 21 à 24 DC
Death (true)²
The End of Evangelion

Volume 01 24 juillet 2003 KIBA-1001 Épisodes 01 à 04
Volume 02 KIBA-1002 Épisodes 05 à 08
Volume 03 27 août 2003 KIBA-1003 Épisodes 09 à 12
Volume 04 KIBA-1004 Épisodes 13 à 16
Volume 05 26 septembre 2003 KIBA-1005 Épisodes 17 à 20
Volume 06 KIBA-1006 Épisodes 21 à 22

Épisodes 21 à 21 DC

Volume 07 22 octobre 2003 KIBA-1007 Épisodes 23 à 24

Épisodes 23 à 24 DC

Volume 08 KIBA-1008 Épisodes 25 à 26
DVD-BOX (réédition) 23 avril 2007 N/A Contient neuf DVD

Épisodes 01 à 26
Épisodes 21 à 24 DC
Death (true)²
The End of Evangelion

DVD-BOX' 07 Edition 01 août 2008 KIBA-90401 Contient neuf DVD

Épisodes 01 à 26
Épisodes 21 à 24 DC
Death (true)²
The End of Evangelion

Bonus supplémentaire

Nippon TV Limited'Edition BOX N/A N/A Contient dix DVD

Épisodes 01 à 26
Épisodes 21 à 24 DC
Death (true)²
The End of Evangelion

Archives of Evangelion 26 août 2015 KIBA-92191~92198 Contient huit DVD

Épisodes 01 à 26 On Air
Death (true)

Blu-ray
Blu-ray BOX 26 août 2015 KIXA-90501~90510 Contient dix BD

Épisodes 01 à 26
Épisodes 21 à 24 DC
Evangelion: Death and Rebirth
Death (true)²
The End of Evangelion

Blu-ray BOX Standard Edition 24 juillet 2019 KIXA-870~879
Blu-ray Standard Edition Vol.1 KIXA-880 Épisodes 01 à 04
Blu-ray Standard Edition Vol.2 KIXA-881 Épisodes 05 à 08
Blu-ray Standard Edition Vol.3 KIXA-882 Épisodes 09 à 12
Blu-ray Standard Edition Vol.4 KIXA-883 Épisodes 13 à 16
Blu-ray Standard Edition Vol.5 KIXA-884 Épisodes 17 à 20
Blu-ray Standard Edition Vol.6 KIXA-885 Épisodes 21 à 22

Épisodes 21 à 22 DC

Blu-ray Standard Edition Vol.7 KIXA-886 Épisodes 23 à 24

Épisodes 23 à 24 DC

Blu-ray Standard Edition Vol.8 KIXA-887 Épisodes 25 à 26

Manga

Article principal: Neon Genesis Evangelion (manga)

La série Neon Genesis Evangelion est adaptée en manga par le dessinateur Yoshiyuki Sadamoto. La bande dessinée est éditée par Kadokawa Shoten entre 1995 et 2013 dans les pages du magazine Monthly Shōnen Ace, puis dans celle de Monthly Young Ace. Une version éditée en quatorze volumes est éditée par la même maison d'édition. En France, Neon Genesis Evangelion est édité par Glénat.

Voir aussi

Références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 (jp) Yasuhiro Takeda, Notenki Tsūshin Evangelion o tsukutta otoko-tachi ["Les mémoires de Notenki : les hommes qui ont créé Evangelion"], Tokyo, Wanibooks, 2002 (ISBN 978-4847014079)
  2. (jp) Neon Genesis Evangelion Proposal, Gainax, 1994
  3. 3,0 et 3,1 (en) Kazuhisa Fujie et Martin Foster, Neon Genesis Evangelion : The Unofficial Guide, Tokyo, DH Publishing Inc.,  2004 (ISBN 0-9745961-4-0)
  4. (jp) Anno Hideaki Skizo Evangelion, Ōta Shuppan, 1997 (ISBN 978-4872333152)
  5. (jp) RahXephon Complete, Kadokawa Shoten, 2004 (ISBN 4-8401-1019-0)
  6. Kazuya Tsurumaki, "A Story of Communication", Red Cross Book, Gainax, 1997
  7. 7,0 et 7,1 (en) Rob Fahey, "The production of episode 25 and 26", Eurogamer, 2007 [lire en ligne]
  8. (en) Charles Solomon, « Anime Series Draws on a World of Alienation », Los Angeles Times, 10 avril 2002 lire en ligne
  9. (en) Satomi Ichikawa,Seeking the Self: Individualism and Popular Culture un Japan, Peter Lang, 2007 (ISBN 978-3-03910-874-9)
  10. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Red Cross Book
  11. (jp) "Shin Seiki Evangelion "sōdō" shōshi (zōho kaichōban)" , Nikkei, 1997archive
  12. (jp) ""Eva" kōza", Nikkei, 1997archive
  13. (jp) Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone Theatrical Pamphlet, Khara, 2007
  14. Gainax, Evangelion Chronicle, Side B, Glénat, 2010 (ISBN 978-2-7234-7121-3)

Liens externes

Films et épisodes de la franchise Evangelion
Neon Genesis Evangelion 0102030405060708091011121314151617181920212223242526Director's Cut
Evangelion: Death and Rebirth Evangelion: DeathEvangelion: Death (true)Evangelion: Rebirth
Revival of Evangelion Evangelion: Death (true)²The End of Evangelion (25'26')
Rebuild of Evangelion Evangelion: 1.0 You Are (Not) AloneEvangelion: 2.0 You Can (Not) AdvanceEvangelion: 3.0 You Can (Not) RedoEvangelion: 3.0+1.0 Thrice Upon A Time
Japan Anima(tor)'s Exhibition Evangelion:Another Impact (Confidential)Until You come to me.Neon Genesis IMPACTS
Autres Neon Genesis Evangelion (live action)Giant God Warrior Appears in TokyoEvangelion XR RideGodzilla vs. Evangelion: The Real 4-D
Advertisement