Wiki Evangelion
Advertisement
Wiki Evangelion

LOGO Gainax.png

Gainax Co., Ltd. (株式会社ガイナックス Kabushiki-gaisha Gainakkusu?) est un studio d'animation japonais. Il est principalement connu pour avoir réaliser Neon Genesis Evangelion, mais également d'autres grands succès comme Nadia, le secret de l'eau bleue, Gunbuster ou encore Gurren Lagann.

Histoire

Genèse du studio

Daicon III

En 1979, une confédération de club étudiants de science-fiction de la région de Kansai décide de se lancer dans l'organisation d'une convention autour de leur thème de prédilection. Son objectif est d'organisation cette convention dans le cadre du Nihon SF Taikai (日本SF大会?), une convention annuelle créée en 1962 et dont la localisation change chaque année. Le groupe recherche tout d'abord des sponsors pour financer l'événement et réalise des produits dérivés pour générer du bénéfice. Il décide également de réaliser un court métrage d'animation qui sera diffusé à l'ouverture de la convention. Pour cela, en avril 1980, les deux organisateurs Takeshi Sawamura et Yasuhiro Takeda, font la rencontre de Hideaki Anno et Hiroyuki Yamaga, par le biais d'une connaissance de Toshio Okada, un autre étudiant et ami de Takeda. Cette rencontre dans un café de Kyoto fait grande impression à Takeda qui, bien que n'ayant aucune connaissance dans le domaine de l'animation, décide de leur faire confiance. Yamaga présente également Takami Akai qui accepte de travailler sur le projet.

Lors de la convention d'août 1980 à Tokyo, la TOKON VII, le groupe d'étudiant est officiellement choisi pour organiser la convention de l'année prochaine à Osaka et qui portera le nom de DAICON III. Le groupe d'animateur, dirigé par Anno qui est le seul à avoir des connaissances dans le domaine, fait cependant face à un problème puisque le prix des celluloïds est trop élevé. Il décide alors de travailler sur des feuilles de vinyle qui ne sont pas du tout adapté pour ce genre de production (la peinture des couleurs se craquèle en séchant). Le groupe travaille dans une pièce vide de l'usine des parents d'Okada, et utilise le papier mise à leur disposition dans les locaux. Il s'agit d'un travail encore amateur, mais Anno, Yamaga et Akai travaillent à plein temps sur le court métrage et prennent les décisions avec Okada. Le travail est globalement partagé de la façon suivante : Okada est le producteur, Yamaga est le réalisateur, Akai est chargé de l'animation des personnages, et Anno est chargé de l'animation des machines. Les feuilles de vinyle étaient ensuite photographiés grâce à une caméra fixée sur un trépied, alors que l'équipe n'avait pas de dope-sheet pour correctement ajusté la vitesse des animations. La production du court métrage se fait entre avril et juin 1981, et d'autres étudiants ont travaillé dessus sans pour autant être crédités.

En août 1981, la 20ᵉ édition du Nihon SF Taikai, la convention DAICON III, ouvre avec la présentation de ce court métrage qui reçoit des critiques très positives. Osamu Tezuka, qui n'a pas pu voir le film lors de l'ouverture, le découvre le soir lors d'une soirée à l'hôtel où loge les organisateurs de la convention. Tezuka fait ainsi la rencontre d'Anno, Yamaga, Akai et Okada et il les félicite pour leur travail bien qu'il regrette de pas avoir vu l'une de ces œuvres dans le court métrage. Le bouche-à-oreille donne au film une certaine popularité et de nombreuses personnes demandent à ce qu'il sorte en vidéo pour le grand public. Pour éponger les dettes générées par l'organisation de la convention, il est alors décidé de vendre des copies vidéos et des bobines 8 mm de Daicon III. Des story-boards, des illustrations et d'autres produits dérivés sont également mis en vente. Les ventes de vidéo dépassent les attente du groupe d'étudiant et leur permet d'avoir suffisamment de bénéfice pour envisager la production de nouveaux films, et l'organisation de la prochaine convention à Osaka : DAICON IV.

Daicon Film et General Products

L'ouverture de General Products le 14 février 1982

Après le succès de la convention DAICON III, Toshio Okada, assisté de Yasuhiro Takeda, décide de se lancer dans la création d'une boutique de produits dérivées de science-fiction qu'il nomme "General Products". La société vend différent produit, qu'elle crée elle-même en négociant l'utilisation de franchise connu avec de grosse compagnie comme la Toho ou Tsuburaya. Ils font aussi appelle à de nombreux artistes pour réaliser des illustrations pour leurs produits. Ils commercialisent également des figurines "garage-kit". La boutique ouvre officiellement à Osaka le 14 février 1982 et rencontre rapidement du succès dès son premier jour. Parmi les employés de General Products se trouve Hiroki Sato et Jun Tamaya qui s'illustreront plus tard chez Gainax. De nombreux reproches sont faits à Okada et Takeda sur la gestion de la société, et plusieurs d'entre eux vont démissionner pour former leur propre compagnie.

La société est commissionnée en mai 1982 pour faire la promotion du film Space Runaway Ideon du studio Sunrise, ainsi que de l'Ideon Festival. Grâce à cela, Okada et Takeda rencontrent le réalisateur du film Yoshiyuki Tomino, ainsi que Mamoru Nagano qui est encore étudiant à l'université. C'est aussi au mois de mai 1982 que Takeda et Okada fondent le studio Daicon Film et la production de deux courts métrages : Aikoku Sentai Dai-Nippon (愛国戦隊大日本?) et Kaiketsu Nōtenki (快傑のーてんき?). Les deux films sont présentés en août de la même année lors du TOKON 8, 21ᵉ édition du Nihon SF Taikai. En janvier 1983, Hideaki Anno déménage à Tokyo et est choisi pour tenir le rôle principal dans le prochain film de Daicon Film, Return of Ultraman (帰ってきたウルトラマン Kaettekita Urutoraman?), qui est achevé en mars de la même année.

La bunny girl de Daicon IV

En avril 1983, Daicon Film commence à travailler sur le prochain court métrage qui ouvrira la convention DAICON IV. Le studio est composé de douze personnes. La réalisation est beaucoup plus professionnelle à cause du nombre de personnes impliqué, mais également du matériel à leur disposition. Une nouvelle fois, Hiroyuki Yamaga est le réalisateur du clip tandis que Anno et Takami Akai sont les directeurs de l'animation. Parmi les nouveaux membres de l'équipe, on trouve notamment Yoshiyuki Sadamoto, Mahiro Maeda, Ichiro Itano, Toshihiro Hirano, Narumi Kakinouchi, Sadami Morikawa ou encore Kazutaka Miyatake. À l'origine prévue pour faire quinze minutes, Daicon IV ne fait finalement que six minutes à cause de problèmes de production liés au temps. La convention s'ouvre en août 1983 et le court-métrage est un véritable carton et les critiques l'acclament autant pour son animation que pour son univers. Il marque ainsi l'histoire de l'animation japonaise et va être une source d'inspiration pour beaucoup de futures animes.

L'année suivante, Daicon Film produit deux suites à Kaiketsu Nōtenki et se lance dans la production d'un projet plus ambitieux : un film de 72 minutes nommé Yamata no Orochi no Gyakushū (八岐之大蛇の逆襲?).

Le succès de General Products pousse le marché des figurines à s'adapter pour s'aligner sur ce nouveau concurrent. Ayant déjà organisé avec succès une convention l'année précédente, Okada et Takeda décident d'organiser un événement semblable autour des "garage-kit". Ils choisissent de la faire à Tokyo et la nomment "Wonder Festival". Après un "pré-événement" à la boutique General Products d'Osaka en décembre 1984, le Wonder Festival se déroule le mois suivant au Tokyo Trade Center. C'est un succès à petite échelle, et la convention ne va cesser de s'étendre d'année en année, et devient rapidement bi-annuel (un festival a lieu en été, et l'autre en hiver).

Premiers projets

Fondation de Gainax

En parallèle à la préparation du Wonder Festival, Toshio Okada et Hiroyuki Yamaga souhaitent s'axer davantage sur la production d'animation à un niveau professionnel. Depuis l'automne 1983, ils développent un projet nommé Les Ailes d'Honneamise (王立宇宙軍 Oritsu Uchugun?). Si Yamaga et Hideaki Anno ont pu travailler professionnellement en tant qu'animateur, notamment pour Hayao Miyazaki, aucuns des deux n'a jamais été réalisateurs ou producteurs. De même, Okada n'avait aucune connaissance sur le monde de l'industrie de l'animation. Heureusement pour eux, ils retrouvent Hiroaki Inoue, un ami d'Okada rencontré lors de la convention DAICON III, et qui a travaillé pour Tezuka Productions. Il leurs donnes des conseils concernant le budget d'un projet d'animation et la recherche de partenaire financier.

Ils décident alors de rentrer en contact avec Shigeru Watanabe, un employé de Bandai que General Products avait déjà pu contacter pour des contrats. Grâce à lui, ils peuvent ainsi présenter une idée à Makoto Yamashina, le président de l'entreprise. Ce dernier cherche justement à développer sa production de films d'animation. À l'origine imaginée comme un OVA, Les Ailes d'Honnéamise devient un projet cinématographique et passe d'un budget estimé de 40 millions de yens, à 800 millions de yens.

Cependant, avant d'autoriser la production du film, une première étape du projet consiste à réaliser un film pilote pour juger de la rentabilité du film. C'est ainsi que, le 24 décembre 1984, est fondé la nouvelle société de production Gainax. Le studio n'a alors pas pour objectif de perdurer dans le temps, et il est question de dissoudre la société après la production du film. General Products est tout de même incorporer au sein du studio et l'a capitalisée. Les coûts de production du film sont réglés directement par Bandai. Toshio Okada est nommé président de Gainax, tandis que Yasuhiro Takeda est nommé président de General Products.

Okada et Yamaga déménagent à Tokyo, dans le quartier de Takadanobaba, pour commencer la production du film. Takeda reste à Osaka pour s'occuper de General Products, mais également de la fin de tournage du film Yamata no Orochi no Gyakushū.

Entre Osaka et Tokyo

Contrairement aux équipes travaillant sur Les Ailes d'Honnéamise, le tournage de Yamata no Orochi no Gyakushū se fait avec des bénévoles amateurs, alors que Daicon Film est complètement ruiné obligeant General Products a prêté de l'argent pour soutenir le projet. Le tournage ne se passe pas très bien. Les membres de l'équipe ne s'impliquent pas assez, et le réalisateur, Takami Akai, souhaite finir le film au plus vite pour donner de la valeur à son CV et rentrer plus facilement dans le milieu professionnel. Beaucoup de membres de l'équipe finissent par quitter le projet avant la fin de la production. C'est le projet le plus ambitieux de Daicon Film et le premier à être tourné en pellicule 16 mm. Après le tournage, de nouveaux problèmes financiers bloque la finalisation des effets sonores. General Products ne pas prêter plus d'argent, et il est alors décidé de vendre les droits de diffusion vidéo du film à Bandai. Le film est finalement terminé en décembre 1985 et sera la dernière production de Daicon Film.

En août 1985, Akai déménage à Tokyo pour rejoindre la production du film Les Ailes d'Honnéamise en tant qu'assistant réalisateur. Il est rejoint par Shinji Higuchi et Showji Murahama, qui ont participé au tournage de Yamata no Orochi no Gyakushū.

Poster du film Les Ailes d'Honnéamise

Gainax parvient à terminer le pilote du film en avril 1985, et est dans l'obligation d'agrandir ses bureaux de production en janvier 1986. Il déménage dans le quartier de Kichijōji de la ville de Musashino à Tokyo. Le budget alloué au film par Bandai est un record pour l'époque. Pour les besoins de la production, l'équipe principale du film part aux États-Unis pour étudier le design des avions et des spationefs. Le design des personnages est imaginé par Yoshiyuki Sadamoto, et Hideaki Anno est chargé des effets spéciaux et de l'animation. La campagne marketing est énorme et promet que le film sera le nouveau Nausicaä de la Vallée du Vent. Le film achevé est présenté au Toho Foreign Film Branch theaters le 04 mars 1987. Cependant, le succès est mitigé sans pour autant être un échec. La qualité de l'animation est saluée par la critique, mais on reproche un scénario trop complexe pour le grand public. Ce succès modéré, et la relation établie avec Bandai, font que Okada et le personnel de Gainax, ne souhaitent finalement pas dissoudre le studio tout de suite. Mais l'immense studio nécessaire à la production du film est désormais trop coûteux à entretenir, et Gainax dménage de nouveau dans un petit studio, toujours dans le quartier de Kichijoji.

Mais au même moment à Osaka, General Products ne se porte pas bien. L'industrie des figurines a désormais complètement évolué et la société a désormais du mal à tenir financièrement, alors que le Wonder Festival s'est davantage développé à chaque édition. Yasuhiro Takeda et Takeshi Sawamura rentrent en désaccord sur la gestion de l'entreprise, et ce dernier fini par partir en mars 1987. Finalement, en juin 1987, le siège social de General Products déménage à Tokyo et fusionne avec Gainax. Cette décision est prise pour plusieurs raisons, mais principalement pour être au plus près du centre des affaires pour négocier des contrats d'utilisation de licence, et pour être à proximité du Wonder Festival qui est la principale source de profit de la société. Une boutique reste cependant toujours ouverte à Osaka sous la direction de Junichi Osako.

Diversification des activités

Gainax se retrouve impliquer dans différent projet comme la réalisation du clip "Marionette" pour le groupe BOøWY, et de publicité. Yoshiyuki Sadamoto et Mahiro Maeda réalisent un court métrage de présentation pour un projet qu'ils souhaitent développer et intitulé Route 20: Galactic Airport. Parmi les projets les plus importants commissionné à Gainax, il y a celui d'une adaptation en OVA du manga Appleseed de Masamune Shirow.

En octobre 1987 ouvre enfin la boutique General Products à Tokyo. C'est également à cette période que Bandai conclu un accord avec Gainax. Si le studio produit un OVA capable de se vendre à au moins 10 000 exemplaires, alors Bandai sera prête à financer un nouveau projet. C'est ainsi que Toshio Okada se lance dans l'écriture de Gunbuster (トップをねらえ! Toppu o Nerae!?) avec pour ambition de confier le character design à Haruhiko Mikimoto, et la réalisation Shinji Higuchi, et une série de trois OVA en deux parties. Cependant, le projet reste au point mort pendant quelque temps et Higuchi s'engage sur d'autre projet ce qui le rend indisponible. Il est remplacé par Hideaki Anno qui, après avoir lu le script avec enthousiasme, fait ainsi ses débuts en tant que réalisateur. Il s'implique énormément dans le projet et réalise le dernier épisode en noir et blanc, ce qui compte énormément d'argent au studio. La première VHS de Gunbuster sort le 07 octobre 1988 est un véritable succès.

En décembre 1988, Enix approche le studio Gainax pour produire une séquence live-action pour le moyen métrage Dragon Quest Fantasia Video. Cette commande est le fruit de la collaboration entre le studio de jeu vidéo et General Products qui a réalisé de nombreux produits dérivés et notamment des répliques d'objets et d'armes des jeux. Akai souhaite encore plus diversifié les activités de Gainax et suggère de se lancer dans la production de jeux vidéo pour ordinateur. C'est ainsi que sort le premier jeu du jeune studio, Dennou Gakuen (電脳学園?) en août 1989. Akai est responsable de la grande majorité du jeu qui propose au joueur de réussir les épreuves de trois jeunes femmes qui se déshabille au fur et à mesure de la partie. Le jeu connaît deux suites : Dennou Gakuen 2 HIGHWAY BUSTER et Dennou Gakuen 3 Toppu o Nerae! qui met en vedette les personnages de Gunbuster. L'atmosphère au sein du studio n'est cependant pas très bonne puisque Okada et Hiroaki Inoue se disputent pour être à la tête de la compagnie.

Après la fin de l'OVA en juillet 1989, Bandai tient sa promesse en finançant la production de Komatsu Sakyo Anime Gekijo, adapté d'histoires de science-fiction courtes écrites par Sakyō Komatsu. La série est diffusée sur la chaîne Mainichi Broadcasting System à partir d'octobre 1989, mais n'attire pas du tout l'attention des spectateurs. C'est auprès d'une autre chaîne que va se jouer l'avenir du studio.

De Nadia à Evangelion

Nadia, le secret de l'eau bleue

A la fin des années 1980, la chaîne de télévision NHK invite le studio d'animation Group TAC pour lui faire part d'un projet de série d'animation. Le Group TAC demande de l'aide à Gainax pour réaliser ce projet. Hiroaki Inoue, qui est isolé au sein du studio depuis son conflit avec Toshio Okada, veut saisir cette opportunité pour faire ses preuves. Il demande à Yoshiyuki Sadamoto et Mahiro Maeda de travailler secrètement sur les décors, la conception des personnages, les storyboards, etc. Quand le projet est découvert par le reste des membres, les idées soumises par Inoue à NHK avaient déjà été validé et le projet Nadia était déjà budgétisé. Les coûts de production sont cependant très élevé et risque inévitablement de mettre Gainax dans le rouge.

Okada, Takeshi Sawamura et Yasuhiro Takeda se rendent chez NHK et laisse le choix à la chaîne de télévision. Soit elle accepte de retirer Inoue de la tête du projet, ou alors Gainax se retire à sa place. NHK choisit de laisser tomber Inoue. Ce dernier décide de quitter Gainax en août 1989. Concernant la présidence de Gainax, c'est Sawamura qui accède au poste en janvier 1990 à la demande d'Okada et à la surprise de tous puisque Sawamura avait quitté General Products en 1987 après des désaccords sur la gestion de la boutique. Hideaki Anno est choisi pour prendre la place d'Inoue en tant que réalisateur de Nadia, le secret de l'eau bleueふしぎの海のナディア (Fushigi no umi no Nadia?).

La série est diffusée entre avril 1990 et mars 1991. Malgré le très grand succès de la série au Japon, la production est marquée par plusieurs problèmes. NHK, qui est le vrai détenteur de la série, souhaite étendre la série à 39 épisodes, au lieu des 30 initialement prévus. Gainax est obligé de réduire le budget alloué aux épisodes pour pouvoir répondre à cette demande. Cependant, Anno rentre en dépression, et il quitte son poste de réalisateur à partir de l'épisode 24, confiant la suite à Shinji Higuchi pour la fin de la série. Gainax n'obtient jamais les droits sur la série et un film d'animation faisant suite à Nadia, le secret de l'eau bleue, est mis en chantier par NHK. Gainax fournit quelques éléments pour le scénario, mais n'est pas en mesure de s'impliquer davantage dans le long métrage. Le studio doit notamment rembourser un emprunt de 50 millions de yens au Group TAC, utilisé pour limiter la perte de 80 millions de yens que rencontre Gainax. Malgré les dettes, le studio devient beaucoup plus connu auprès du grand public grâce au succès de la série animée.

Pour tenter de couvrir les frais de production de Nadia, Gainax répond à plusieurs commandes en même temps et travaille sur plusieurs projets mineurs : Mahjong Hishouden: Naki no Ryuu⁠ (1990), Circuit no Ōkami II: Modena no Tsurugi (1990), Money Wars⁠ (1991) et Honoo no Tenkousei⁠ (1991). La seule création originale sur laquelle travaille Gainax est un OVA en deux épisodes intitulés Otaku no Video, sorti en 1991, et qui se présente comme des faux-reportages autour de la culture otaku. Mais aucune production Gainax ne fait de profit et Okada suggère de retirer le studio de l'industrie de l'animation pour se concentrer sur la création de jeux vidéo. Mais Takeda et Takami Akai parviennent à le convaincre de poursuivre dans ce domaine pour laisser une deuxième chance à Anno de réaliser une série animée, et parce qu'ils considèrent simplement que c'est une mauvaise idée de quitter ce marché. Le jeu vidéo est pourtant un bon domaine pour Gainax qui sort le jeu Princess Maker en mai 1991 et qui rencontre un certains succès.

Survie du studio

L'année 1992 va être importante pour Gainax. Les principaux profits de Gainax viennent des jeux vidéo qu'il développe. Cela permet au studio se rester à flot avec General Products mais la société ne fait pas pour autant de profit. Plusieurs personnes sont engagés pour rejoindre le département jeu vidéo de Gainax principalement dirigé par Takami Akai. Il est annoncé au début de l'année que General Products ne va plus pouvoir financer le Wonder Festival. Les droits de l'événement sont vendus à la société Kaiyodo qui organise depuis le Wonder Festival. Ne pouvant plus continuer, il est décidé de fermer General Products en février 1992.

Gainax est dans une mauvaise situation. Le studio n'accepte aucune demande, mais cherche à développer son propre projet nommé Olympia. Le cadre de ce projet est principalement développé par Takami Akai et Yasuhiro Takeda mais le projet est soudainement stoppé à cause des problèmes que rencontre le studio. Notamment à cause de Toshio Okada dont le comportement n'aide pas au développement de nouveaux projets. Après avoir supprimé son salaire, Okada fini par quitter Gainax en mars 1992. Hiroyuki Yamaga prend sa place en tant que co-président au côté de Takeshi Sawamura.

Avec le départ d'Okada, Yamaga propose le développement d'un nouveau faisant suite au film Les Ailes d'Honnéamise, nommé Aoki Uru. La planification de projet commence dès mars 1992. Il est décidé que Hideaki Anno sera le réalisateur, Yamaga sera le producteur et le scénariste, Yoshiyuki Sadamoto sera le character designer, et que Masamune Shirow et Kazutaka Miyatake, du Studio Nue, serait les mecha designer. Cependant, le studio n'est pas capable de gérer un tel projet financièrement. Pour autant, la production commence sous l'impulsion d'Akai. Yasuhiro Takeda parvient à obtenir 8 millions de yens en empruntant chez plusieurs usuriers pour pouvoir continuer à payer les employés du studio alors qu'aucune somme ne rentre dans les caisses. Malgré les efforts fait par les équipes du studio, il est rapidement devenu évidemment qu'il sera impossible d'obtenir le budget nécessaire pour la production du film. Anno a également perdu sa motivation. Le projet Aoki Uru est brusquement mis à l'arrêt en juillet 1993.

Takeshi Sawamura annonce aux employés de Gainax que le studio n'a plus suffisamment d'argent pour poursuivre le projet ou même payer ses employés. Il propose à ceux qui le souhaite de partir pour ne pas à subir ça. C'est ainsi que beaucoups de membre de Gainax décidèrent de quitter le studio dès le lendemain. Le plan de Sawamura est ainsi de se débarraser des personnes qui n'étaient plus suffisament motiver pour permettre la survie du studio. Malgré la situation, Akai suggère de continuer à faire des événements. C'est ainsi qu'est mis en place le Gainax Festival, une petite convention destinée aux fans du studio.

Neon Genesis Evangelion

La mise en pause du projet Aoki Uru a été un coup dur pour Hideaki Anno. Un jour, ce dernier dîne avec un Toshimichi Otsuki, un employé de King Records, qui lui suggère de travailler avec lui pour un projet de série télévisée d'animation. Anno accepte sans attendre et annonce la nouvelle au studio qui commence à travailler sur ce nouveau projet en juillet 1993. Anno part avec une équipe à Matsumoto, dans la préfecture de Nagano, pour réfléchir au développement de la future série animée. Le réalisateur retrouve une motivation qu'il n'avait pas eu depuis la production de Nadia, le secret de l'eau bleue. Il reprend certains éléments du projet Aoki Uru pour les réintégrer dans sa nouvelle création : Neon Genesis Evangelion. King Records a déjà promis à Gainax un créneau de diffusion.

Le 20 septembre 1993, Hideaki Anno propose une première version du script d'Evangelion à Gainax. Un deuxième jet, détaillant les 26 épisodes de la série, est proposé le 05 janvier 1994. Les premières décisions concernant la série finale sont prise le 4 février, et l'ébauche du planning est réalisé en avril de la même année. En juillet 1994, Gainax déménage une nouvelle fois dans un nouvel immeuble près de la gare de Mitaka, toujours à Tokyo. Des tensions entre Takeshi Sawamura et Takami Akai provoquent le départ de ce dernier. Alors qu'il est producteur pour Neon Genesis Evangelion, il crée son propre studio et emporte avec lui la production du jeu vidéo Princess Maker 3 en septembre 1994.

Le projet Neon Genesis Evangelion se concrétise peu à peu. Le character designer, Yoshiyuki Sadamoto, se charge d'une adaptation de la série en manga qui est publié dès décembre 1994 dans le tout jeune magazine Monthly Shōnen Ace. Pour autant, aucune compagnie de jouet de figurine souhaite acquérir les droits de la série, jugeant les mechas pas suffisament vendeur. C'est finalement Sega qui obtient les droits pour la production de figurines et de jeux vidéos.

L'épisode 01 est achevé en avril 1995, et l'épisode 02 le mois suivant. Mais les génériques d'ouverture et de fin sont achevés seulement en septembre. La production était tumultueuse. Le studio n'est pas encore apte à réaliser une série animée pour la télévision. Même s'il envisage de confier la production à un autre studio, Anno choisi quand même Gainax en souvenir du bon vieux temps. Seuls trois employés de Gainax travaillent en continu sur la série et la majeure partie de la production est confié à Tatsunoko Production[1].

Pour promouvoir la série, les deux premiers épisodes sont projettés en film 16 mm, en exclusivité lors de la deuxième édition du Gainax Festival les 22 et 23 juillet 1995[2]. La série est diffusée sur TV Tokyo entre le 04 octobre 1995 et le 27 mars 1996. Lors de sa diffusion, elle devient très vite un véritable phénomène culturel. Après Space Battleship Yamato dans les années 70, et Mobile Suit Gundam dans les années 80, Neon Genesis Evangelion marque la troisième génération du style mecha et est un véritable boom dans l'industrie de l'animation japonaise.

La fin d'Evangelion

Un cinéma japonais lors de la sortie de The End of Evangelion

La série est un immense succès. Les thèmes psychologiques et sombres de la série donnent une vision nouvelle des animes aux téléspectateurs mais aussi aux studios de production. Cependant, les problèmes budgétaires et de censure que rencontre la série amène Gainax à réaliser une fin très atypique. Les deux derniers épisodes de la série relèvent presque du cinéma expérimental avec de long plan fixe sans animation ou des montages sur des photographies retravaillées. Les fans de la série crient au scandale puisque ces deux derniers épisodes ne concluent pas les intrigues de la série et se focalisent exclusivement sur les pensées des personnages principaux.

Même des journaux grand public comme le Mainichi Times écrit que "Quand la semaine suivant la diffusion de l'épisode 25, presque tous les téléspectateurs se sentaient trahi... quand le commentateur Eiji Ōtsuka a envoyé une lettre à Yomiuiri Shimbun, en se plaignant de la fin de Evangelion, le débat est devenu national". À cette époque, la série était extrêmement populaire, même au près d'une audience qui ne s'intéresse pas à ce genre de programme[3][4], notamment sur le réseau Nifty, un des premiers réseaux internet au Japon. Grâce au succès de la série, Anno obtient le feu vert pour réaliser un film concluant véritable la série en reprenant un script plus proche de l'original. Le projet est annoncé le 26 avril 1996, soit 30 jours après la fin de diffusion de la série, dans le magazine Monthly Shōnen Ace de juin[5].

C'est finalement deux films qui sont annoncés lors d'une conférence de presse tenue à Tokyo le 01 novembre 1996. Le premier film, Evangelion: Death and Rebirth est prévu pour le printemps 1997, et le deuxième film, The End of Evangelion, pour l'été de la même année. Alors que les préventes de ticket commencent en novembre 1996, une conférence de presse exceptionnelle est tenue le 14 février 1997. Hideaki Anno s'excuse en annonçant que la partie "REBIRTH" ne sera pas terminée à temps alors qu'elle était prévue pour ce printemps. La sortie en printemps est cependant toujours maintenue puisque la partie "DEATH" est terminée. La version complète de "REBIRTH" est prévue pour l'été 1997. Ce retard permet à Gainax d'incorporer des captures d'écran de mails haineux et des menaces de mort (notamment des graffitis sur le bâtiment du siège de la Gainax) ainsi que des lettres d'admiration adressées à Anno après la sortie du premier film[6][7].

Fraudes fiscales

Les films sont d'immense succès au box-office. The End of Evangelion reçoit de très bonne critiques et est récompensé à plusieurs reprises. L'importation à l'étrange de la série est également en grand succès et tout cela permet à Gainax de complètement se renflouer et de s'imposer comme un grand studio. Cependant, en mai 1998, Gainax doit est appelé à comparaitre devant l'Agence Nationale des Impôts après des soupçons d'évasions fiscales. Les comptes bancaires du studio sont gelés. Le 13 juillet 1999, le président de la société, Takeshi Sawamura, et le conseiller fiscal, Yoshikatsu Iwasaki, sont arrêtés[8]. Par peur de connaître de connaître de nouveaux problèmes financiers comme après la diffusion de Nadia, le secret de l'eau bleue, Sawamura avait illégalement mis de côté une partie des sommes d'argents récoltés grâce à Neon Genesis Evangelion.

En 2019, Hideaki Anno révèle que les personnes ayant travaillées sur Evangelion n'ont pas reçu de part dans l'énorme bénéfice de la franchise, les obligeants à négocier avec King Records pour recevoir une partie de cet argent. Il indique également que Gainax a continué à récolter les bénéfices de la franchise grâce à des accords de marché, tout en réalisant également de mauvais investissements et sans augmenter le salaire du personnel. Il apprend l'arrestation de Takeshi Sawamura après les faits, et il est mis dans l'obligation de faire des excuses publiques pour cette affaire[9].

Les années 2000

Départ de Hideaki Anno

Pour regagner la confiance des investisseurs, Hiroyuki Yamaga, le nouveau directeur, demande à Hideaki Anno d'imposer son nom sur les papiers de Gainax, ce qu'il fait. Le studio réalise la série comique Ebichu qui suit l'histoire d'un hamster avec un humour très adulte. Gainax réalise ensuite l'OVA FLCL. qui rencontre un grand succès. En collaboration avec le Studio Madhouse, Gainax produit ensuite la série Abenobashi Magical Shopping Street, une autre comédie. Le studio commence à perdre peu à peu de notoriété malgré leur production. En examinant les documents administratifs, Anno se rend compte que beaucoup des noms inscrits sur la liste salariale de l'entreprise ne contribuent en réalité presque pas. Il songe déjà à réaliser un nouvel anime au sein de la franchise Evangelion mais ne souhaite pas impliquer Gainax dans sa production. Il déclare à ce propos :

Il serait difficile d'apporter une nouvelle ambiance au studio qui l'a fait dans le passé, il y avait une autre série télévisée prévue à Gainax à l'époque et la jeune génération de personnel continuerait de se retenir de s'exprimer hors de la déférence envers moi en tant qu'ancien. Mais la principale raison était que je pouvais contrôler le budget de production et m'assurer que le personnel et les employés pouvaient obtenir les avantages et les bénéfices qui leur étaient dus.

À l'occasion des vingt ans du studio, Gainax réalise une suite à Gunbuster nommé Diebuster. C'est l'occasion pour le studio de rééditer leur classique. Malgré le succès critique de l'OVA, le studio ne parvient toujours pas à retrouver sa gloire d’antan. Anno souhaite réformer la gestion de l'entreprise en améliorant notamment le système de rémunération des employés. Mais ses propositions ne sont pas pris en compte. Il décide de quitter Gainax en octobre 2007 pour rejoindre le studio qu'il a fondé en septembre 2006 : Khara inc.. Il garde une bonne entente avec Gainax, et lui permet de conserver les droits de commercialisation de la série originale tandis que Khara recevrait des redevances sur les propriétés dans lesquelles Anno était impliqué en tant que réalisateur et/ou créateur original. C'était, selon lui, une "situation gagnant-gagnant". Plusieurs collaborateurs suivent Anno dans le nouveau studio, dont Kazuya Tsurumaki et Masayuki.

La nouvelle génération

La couverture du blu-ray de Gurren Lagann

Dans la seconde moitié des années 2000, Gainax lance un nouveau projet de série animée mettant en scène des robots géants. La réalisation est confié à Hiroyuki Imaishi, un des jeunes employé du studio et dont c'est la première véritable réalisation. A l'époque de la production, l'équipe principale d'animateurs est déjà à l'oeuvre sur l'OVA Diebuster. C'est donc principalement une équipe de jeunes artistes qui se lance dans la réalisation de cette nouvelle série. La série produite, Tengen Toppa Gurren Lagann, renoue avec le thème du mecha et du traitement psychologique tout en ayant une approche esthétique reconnaissable et unique. Diffusée à partir de 2007, la série est un grand succès et se place directement dans les grands classiques du studio. Cependant, de vives critiques ont été faite après la diffusion de l'épisode 04 de la série. Takami Akai, producteur de la série, a vivement répondu aux critiques notamment sur internet. Il dût s'excuser des propos qu'il a tenu et a pris la décision de quitter son poste.

Depuis la fin des années 1990, de nouveaux animateurs ont rejoint le studio. Parmi eux, plusieurs se sont fait connaître grâce aux productions Gainax, notamment Sushio et Yoh Yoshinari. Le succès de Gurren Lagann permet à Gainax de produire une adaptation cinématographique de la série. Divisée en deux films, l'histoire diffère quelques peu de sa source originale.

En 2010, Hiroyuki Imaishi réalisé la série Panty and Stocking with Garterbelt pour Gainax qui rencontre à nouveau une certaine popularité. Cependant, Imaishi et Masahiko Ōtsuka, un autre animateur, quitte Gainax pour fonder leur propre studio, Trigger, le 22 août 2011. Ils sont notamment suivi par Sushio et Yoshinari qui travailleront notamment sur Kill la Kill, la première série du studio en 2013. Ōtsuka explique avoir quitté Gainax et fondé Trigger pour pouvoir jouir d'une liberté artistique sans entacher la réputation d'un autre studio si la création s'avère être un échec[10].

Déchéance du studio

Conflit avec Khara

Gainax continue d'accumuler les problèmes et les difficultés financières. Le partage des droits avec Evangelion lui permet néanmoins de survivre tant bien que mal. Gainax a du mal à payer les redevances qu'il doit à Khara inc.. En 2012, il décide simplement ee mettre fin à l'accord passé avec le studio de Hideki Anno et cesse de donner l'argent qu'il lui doit.

En 2014, Yasuhiro Takeda appelle Hideaki Anno pour lui demander un prêt de 100 millions de yens (environ 816 000 euros) sans quoi Gainax ne pourrait pas survivre dans les trois jours à venir. Malgré les tensions entre les deux studios, Anno accepte à condition d'obtenir la restitution du contrôle total des redevances sur Evangelion dans un an. Il négocie également la restitution des droits pour les œuvres auxquelles lui et son équipe ont participé dans le passé, à savoir Gunbuster, Diebuster et FLCL. Un premier accord est signé entre Anno et Hiroyuki Yamaga et Takeda. Cependant, Gainax augmente sans prévenir le prix demander pour la revente des droits et les négociations s'enveniment avant d'être complètement stoppées.

L'année suivante, Gainax n'a toujours pas remboursé Khara et vend en plus les droits de Gunbuster, Diebuster et FLCL sans prévenir Anno. Ce dernier apprend en mai que Gainax est en pleine restructuration, a licencié une grande partie de son personnel, et que plusieurs œuvres ont été cédées à des tiers. Malgré l'aide proposé par Anno, Gainax se mure dans le silence en prétendant n'avoir aucun problème de gestion et être en mesure de rembourser Khara.

Nouveaux studios

En avril 2015 à Miharu dans la préfecture de Fukushima. Ce studio a notamment été fondé pour revaloriser la région depuis la catastrophe nucléaire de 2011, et il s'accompagne de l'ouverture d'un musée dans la ville[11]. Le 20 août 2018, Fukushima Gainax est devenue une filiale à 100% du groupe Kinoshita et change de nom pour devenir Gaina[12]. De plus, le 7 septembre de la même année, il a annoncé que le studio relance la production du film Aoki Uru.

D'autres studios sont ainsi créé un peu partout au Japon alors que Gainax accumule les retards de paiements à l'égard de Khara. ON trouve ainsi Yonago Gainax dans la région de Tottori (présidé par Takami Akai), Gainax West et Gainax Niigate dans la région de Hyogo (présidés par Yasuhiro Takeda). Des rumeurs courent selon lesquelles Gainax chercherait à se vendre à une entreprise étrangère[13].

Hideaki Anno s'inquiète un peu plus du devenir des œuvres et des matériaux de production encore en possession de Gainax. Khara dépose le 01 août 2016 une injonction de remboursement des créances pour pouvoir organiser une saisie et récupérer ce qui pouvait l'être.

"J'aurais pu ignorer le prêt qui n'a jamais été remboursé, mais nous tenions à préserver les matériaux de production dans lesquels nous avions versé du sang, de la sueur et des larmes."

Le 9 septembre 2016, Khara poursuit Gainax pour 100 millions de yens et gagne le procès le 23 juin 2017. Anno déclare que Gainax ne l'a pas contacté pour s'excuser ou expliquer ce qu'il s'est passé. En outre, le procès a révélé que des documents liés aux œuvres antérieures de Gainax avaient été vendus à Fukushima Gainax. Khara parvient à les obtenir et à les placer sous la protection de l'organisation à but non lucratif ATAC (Anime Tokusatsu Archive Centre), fondé en 2016 sous l'impulsion de Khara pour la préservation de matériaux de production.

Le 30 septembre 2016, les équipes de Gainax sont transférés au sein de Gainax Fukushima. Un nouveau studio, Gainax Kyoto, est fondé en novembre 2016.

Scandale sexuel

En octobre 2019, Hiroyuki Yamaga cède sa place de directeur à Tomohiro Maki. Ce dernier est membre administrateur de Gainax depuis 2015, et le directeur de Gainax International, une entreprise distincte formant des comédiens. Le 28 novembre 2019, Maki est arrêté par la police japonaise pour actes indécents. Une aspirante comédienne, avec qui il a signé un contrat, l'accuse de harcèlement sexuel à cinq reprises entre le 6 et le 23 février 2019. Maki aurait pris des photos d'elle nu "pour la préparer aux séances photos dans l'industrie du divertissement", et l'aurait touchée de manière inappropriée. Le directeur se défend en prétextant que les photos ont été prises avec l'autorisation de la jeune femme et qu'il s'agissait d'un "massage parce qu'elle avait les pieds gonflés"[14].

L'affaire entache la franchise Evangelion à cause de certains raccourcis journalistes décrivant simplement Gainax comme "le studio qui a produit Evangelion". Cela oblige Khara a marqué sa distinction avec Gainax et à se dissocier de toute implication dans cette affaire. Beaucoup d'employé de Khara indique également ne pas connaître Maki, notamment Hideaki Anno[15]. Quelques jours plus tard, ce dernier réitère la distanciation de son studio avec celui de Gainax, et revient sur sa relation et sa séparation avec celui-ci[16].

Restructuration

En février 2020, Gainax connait une importante restructuration pour mieux préserver les licences restantes. Yasuhiro Kamimura, de la société Groundwork, est nommé président de Gainax. Il est assisté de Yuko Takaishi (de chez Kadokawa Shoten), d'Atsushi Moriyama (de chez King Records) et de Yoshiki Usa (vice-président du studio Trigger)[17].

Filmographie

Les titres en gras correspondent aux oeuvres conçues et produites au sein de Gainax.

Séries télévisées d'animation

Année Titre Réalisateur
1989 Komatsu Sakyo Anime Gekijou Akira Nishimori
1990 Nadia, le secret de l'eau bleue Hideaki Anno
1995 Neon Genesis Evangelion
1998 Entre elle et lui Hideaki Anno / Kazuya Tsurumaki
1999 Ebichu Makoto Moriwaki
Koume-chan ga iku ! Hideaki Anno
Ai no Wakakusa Yama Monogatari Issei Kume
2001 Mahoromatic Hiroyuki Yamaga
2002 Abenobashi Magical Shopping Street
Mahoromatic: Something More Beautiful
Petite Princess Yucie Masahiko Otsuka
2004 This Ugly and Beautiful World Shouji Saeki
Melody of Oblivion Hiroshi Nishikiori
2005 He Is My Master Shouji Saeki
Chocolat et Vanilla Yukihiro Matsushita
Black Cat Shin Itagaki
Blood + Junichi Fujisaku
2007 Tengen Toppa Gurren Lagann Hiroyuki Imaichi
Dennō coil Mitsuo Iso
Prism Ark Masami Ōbari
2008 Sayonara Monsieur Désespoir Akiyuki Shinbo
Rosario + Vampire Takayuki Inagaki
Yakushiji Ryōko no Kaiki Jikenbo Tarō Iwasaki
Hidamari Sketch x 365 Akiyuki Shinbo
Michiko to Hatchin Sayo Yamamoto
Shikabane Hime: Aka Masahiko Murata
2009 Shikabane Hime: Kuro
Yatterman Hiroshi Sasagawa
Mahoromatic: Spécial Tadaima◆Okaeri Shouji Saeki
2010 Hanamaru Kindergarten Seiji Mizushima
Working!! Yoshimasa Hiraike
Kiss x sis Munenori Nawa
Panty and Stocking with Garterbelt Hiroyuki Imaishi
2011 The Mystic Archives of Dantalian Yutaka Uemura
2012 Medaka Box Souji Saeki
Medaka Box Abnormal
Backstage Idol Story -
2013 Stella Women's Academy, High School Division Class C3 Masayoshi Kawajiri
2014 Magica Wars Ayano Ohnoki
Hana monogatari Ishin Nishio
Tsukimono-go
2015 Hôkago no Pleiades Shouji Saeki

Longs métrages d'animation

Année Titre Réalisateur
1987 Les Ailes d'Honnéamise Hiroyuki Yamaga
1997 Evangelion: Death and Rebirth Hideaki Anno / Kazuya Tsurumaki / Masayuki
The End of Evangelion Hideaki Anno / Kazuya Tsurumaki
2006 Gunbuster vs. Diebuster
2008 Tengen Toppa Gurren Lagann: Gurren-hen Hiroyuki Imaishi
2009 Tengen Toppa Gurren Lagann: Lagann-hen

OVA

Année Titre Réalisateur
1988 Appleseed Kazuyoshi Katayama
Gunbuster Hideaki Anno
1989 Beat Shot!! Satoshi Ikezawa
1990 Mahjong Hishouden: Naki no Ryuu
Circuit no Ōkami II: Modena no Tsurugi Yoshihide Kuriyama
1991 Otaku no video Takeshi Mori
More Otaku no video
Honoo no Tenkousei Katsuhiko Nishijima
Money Wars Yusaku Saotome
1992 K.O. Beast Hiroshi Negishi
2000 FLCL Kazuya Tsurumaki
2004 Re: Cutie Honey Hideaki Anno
Diebuster Kazuya Tsurumaki

Web

  • 2011 : Hôkago no Pleiades (Hōkago no Pureadesu) de Shōji Saeki
  • 2016 : Mirai e no tegami ~kono michi no tochū kara~
  • 2016 : Masamune Datenicle (Masamune datenikuru) de Yoshinori Asao

Clip vidéo

  • 1987 : Marionette par BOØWY
  • 1989 : par DATA NO.6 par FENCE OF DEFENSE
  • 1989 : GUITARHYTHM par Tomoyasu Hotei

Autres travaux

  • Götzendiener - Character design
  • Musashi: Samurai Legend - Scène d'ouverture
  • Zoids: Teikoku vs Kyouwakoku - Mecha Seita no Idenshi - Scènes d'ouverture et de fin
  • Toho Bank - Publicité

Ludographie

Personnalités liées

  • Takami Akai - co-fondateur
  • Hideaki Anno - co-fondateur
  • Shinji Higuchi - co-fondateur
  • Toshio Okada - co-fondateur
  • Yoshiyuki Sadamoto - co-fondateur
  • Yasuhiro Takeda - co-fondateur
  • Hiroyuki Yamaga - co-fondateur
  • Hiroaki Inoue
  • Mahiro Maeda
  • Takeshi Sawamura

Notes

  • Gainax est connu pour avoir créer un type de fan service particulié nommé Gainax Bounce ou Gainaxing. Il consiste à une animation réaliste, voire surréaliste, des poitrines féminines sans soutien-gorge. Si on date le premier Gainax Bounce dans Gunbuster, on peut déjà en voir dans DAICON 4.
  • Le nom "Gainax" tient ses origines du dialecte unpaku hōgen parlé dans les préfectures de Shimane et de Tottori. "Gaina" (ガイナ?) peut être traduit par "énorme" ou "superbe". Un "x"ックス (Kkusu?) a ensuite été rajouté pour une raison inconnue bien qu'il puisse être traduit par "boîte".

Voir aussi

Références

  1. MORRISSY Kim, Hideaki Anno Details His Falling Out With Gainax, Anime News Network, 30 décembre 2019
  2. TAKEDA Yasuhiro, The Notenki memoirs: studio Gainax and the men who created Evangelion, ADV Manga, 2002 (ISBN 1-4139-0234-0)
  3. "Miyadai classe les jeunes japonais en trois groupes. Le premier s'appelle le groupe "de rue" qui ne cherche qu'à suivre les modes du moment, comme les Tamagotchi ou échanger des petites photos obtenues dans des machines "Print Club" avec leurs amis. Un autre groupe, c'est les "otaku", l'équivalent approximatif des "nerd" d'informatique -- des personnes qui se retirent dans un monde de jeux vidéo et d'animation, rejetant toutes communications avec le monde extérieur. Le troisième est un groupe intermédiaire de soi-disant "bons garçons, bonnes filles" qui travaillent bien à l'école en accord avec les attentes de leurs parents. Miyadai indique que le groupe intermédiaire est à un moment "critique". Comme Ikari, qui se demande pourquoi il se bat, les personnes du groupe intermédiaire ont des doutes et se demande pourquoi ils vont à l'école pour satisfaire les attentes de leurs familles. On peut noter que Evangelion est attractif autant pour le groupe intermédiaire que pour le groupe otaku." Cartoon "Eva" captures sens of void among Japanese youth
  4. "(rire) Par exemple, Hideaki Anno a dit que, "les fans d'anime sont trop introvertis et ont besoin de sortir davantage." Il doit être content que des non-fans d'anime regardent son travail, non ?", A Story of Communication: The Kazuya Tsurumaki Interview
  5. Evangelion Chronicle, Side B, Glénat, 2010 (ISBN 978-2-7234-7121-3)
  6. Sight and Sound, vol.13, numéro 4, British Film Institute, page 59
  7. Traduction des menaces de mort - Une traduction en anglais des lettres apparaissant dans The End of Evangelion.
  8. Gainax president arrested for tax evasion, Anime News Network, 18 juillet 1999
  9. Hideaki Anno Details His Falling Out With Gainax, Anime News Network, 30 décembre 2019
  10. [1]
  11. [2]
  12. [3]
  13. [4]
  14. Gainax Representative Director Tomohiro Maki Arrested for Alleged Indecent Acts, Anime News Network, 4 décembre 2019
  15. Khara Distances Itself From Gainax After Studio Representative Director's Arrest, Anime News Network, 5 décembre 2019
  16. Hideaki Anno Details His Falling Out With Gainax, Anime News Network, 30 décembre 2019
  17. [5]
Production
Réalisation Hideaki AnnoAkira TakamuraHiroyuki IshidoKazuya TsurumakiKeiichi SugiyamaKen AndoMasahiko OtsukaMasayukiNaoyasu HabuSeiji MizushimaShoichi MasuoTensai OkamuraTetsuya WatanabeTsuyoshi Kaga
Scénario Hideaki AnnoAkio SatsukawaHiroshi YamaguchiMitsuo IsoShinji HiguchiYōji EnokidoYoji Enoto
Story-board Hideaki AnnoHiroyuki IshidoKazuya TsurumakiKeiichi SugiyamaKiichi HadameMasayukiShinji HiguchiTensai OkamuraTsuyoshi Kaga
Département
artistique
Hideaki AnnoHiroshi KatōYoshiyuki SadamotoIkuto YamashitaKazuchika KiseKazuya TsurumakiMasayukiNobuhiro HosoiSatoshi ShigetaShinya HasegawaShunji SuzukiTakeshi HondaToshio Kawaguchi
Entreprises liées Gainaxkhara inc.Kadokawa ShotenListe des studios ayant travaillé sur Neon Genesis Evangelion
Version française
Production Carlo LévyFederico ColpiNaoya OtsukaMatthieu LancrenonCarla d’AlbertoFouzia Youssef
Traduction Anne-Sophie ThévenonAnthony Dal MolinAnthony PrezmanDavid DeleuleDavid MelinaEbichuMargot VerdierOlivier PrézeauPaolo BuffetRachel DanglardRégis EcosseSatoko FujimotoWako Miyamoto
Entreprises liées DybexManga VidéoGlénatTonkamChinkel ProductionsLyloLes studios de Saint MaurVF ProductionsVSI Paris
Advertisement